Quel parti ralliera les Canadiens de moins de 35 ans?

Le dernier sondage fédéral de la maison Léger pour La Presse Canadienne publié la semaine dernière indiquait que les intentions de vote au pays n'avaient guère bougé de façon substantielle pendant la pause des Fêtes. Au niveau national, le PLC conservait la tête avec 35% d'appui, cinq points devant le Parti conservateur. Le NPD se positionnait en troisième place et obtenait l'appuis de 20% des répondants (consultez tous les sondages fédéraux sur  cette page ). Or, malgré que ces chiffres globaux n'étaient pas particulièrement étonnants, les détails de certains sous-échantillons du sondage ont attiré mon attention, plus spécifiquement celui les électeurs de 18 à 34 ans. Malgré que nous devons faire preuve de prudence avec les sous-échantillons de sondage, car le nombre de répondants est moindre et donc l'incertitude est plus élevée, voici les résultats pancanadiens (d'un échantillon respectable de plus de 400 répondants): Lire cette chronique ici . Ph

Sacrifier Noël 2020 pour sauver 2021

[J'ai écrit cette chronique le mercredi 2 décembre en soirée et l'ai terminé jeudi 3 décembre en matinée. Elle devait être publiée cet après-midi. Toutefois, la décision du gouvernement Legault d'annuler les rassemblements de Noël a rendu cette chronique obsolète. Je la publie ici quand même.]

Au moment d'écrire ces lignes, la dernière mise à jour du Gouvernement du Québec comptait 1 514 nouvelles infections confirmées à la COVID-19, un sommet dans la province depuis que le début de la pandémie. Le « contrat moral » présenté par le Premier Ministre Legault à la fin novembre, qui énonçait des balises sur les rassemblements familiaux au cours de la période des Fêtes, contenait un « si » important, soit que les taux d'infections redescendent à des niveaux tolérables. 

Le moins que l'on puisse dire est que la situation ne s'est pas améliorée depuis: les infections et les hospitalisations sont en hausse dans la province.

(Source: Gouvernement du Québec, données puisées le 3 décembre 2020.)

Qu'arrivera-t-il donc lors de la pause de Noël et du Jour de l'An? Les Québécois iront-ils rejoindre leurs proches aux quatre coins de la province pour célébrer, malgré les risques d'infection? Le premier ministre a annoncé mercredi qu'il fera part de sa décision le 11 décembre. Cette date coïncide avec deux semaines après le Thanksgiving américain. Nous saurons alors sans doute si ces festivités auront accéléré les taux d'infections chez nos voisins au sud de la frontière. En effet, même si la Center for Disease Control (CDC) avait déconseillé à la population de célébrer en groupe, environ trois millions d'Américains ont pris l'avion lors de cette fin de semaine et plus de 45 millions se seraient rendus à destination en voiture selon le AAA.

Or, les États-Unis ont enregistré leur journée la plus meurtrière depuis le début de la pandémie hier: 2 885 décès, selon les données du New Tork Times

La question est délicate: le gouvernement Legault pourrait-il seulement déconseiller les célébrations en groupe de plus d'un foyer? Ou devrait-il carrément les interdire? [Nous avons notre réponse: oui.] Selon le dernier sondage Léger publié mardi, une majorité de Canadiens et de Québécois serait en faveur d'interdire de tels rassemblement, même si les résultats sont moins d'être unanimes.

À la question: « Compte tenu de la situation actuelle de la COVID-19 dans votre province, supporteriez-vous ou seriez-vous opposé(e) à une interdiction totale de tous les rassemblements des fêtes, à l'exception de ceux qui se déroulent avec des personnes de votre foyer immédiat? », 60 % des répondants au pays affirment être en faveur d'une telle interdiction.

Au Québec, cette proportion est de 52 %, donc majoritaire de justesse, mais tout de même la fraction la plus basse parmi les quatre grandes provinces canadienne (Colombie-Britannique 64 %, Ontario 63 %, Alberta 60 %).



Le Québec est la province où la plus grande fraction de répondants, soit 36 %, s'opposerait à une telle mesure (la moyenne canadienne est de 28 %). Néanmoins, selon ces chiffres ci-dessus, le gouvernement du Québec pourrait ainsi compter sur une fraction raisonnable d'appui à une telle mesure, même si elle serait naturellement fort controversée. 

D'ailleurs, un peu plus des deux tiers des Québécois (72 %) et Canadiens (71 %) auraient déjà modifié leurs plans pour la période des Fêtes en raison de la pandémie, selon le même sondage Léger. Une fraction identique de Québécois et Canadiens (29 %) affirment plutôt que non, ils n'ont pas l'intention de changer leurs plans. 

Qu'en est-il de ceux et celles qui considèrent carrément annuler leurs plans pour cette période des Fêtes? Selon un sondage de la firme Recherche Mainstreet pour le compte d'iPolitics, pas moins de 29% des répondants québécois affirment avoir cette intention (la moyenne canadienne est de 33 %).

Plus tôt cette semaine, la chroniqueuse de La Presse Isabelle Hachey signait un texte intitulé « Annulons Noël », argumentant que les Québécois devraient se rendre compte que la situation actuelle ne permet pas des rassemblements massifs pour célébrer en famille et ce, même pour ces quelques journées proposées dans le contrat moral du premier ministre. « Faut-il absolument que papa Legault nous interdise de nous réunir autour de la dinde aux atocas pour se rendre compte que ce n’est pas l’idée du siècle ? » écrit-elle. 

Les chiffres post-Thanksgiving aux États-Unis devraient sans doute nous éclairer sur la pente des infections et hospitalisations suite à des rassemblements festifs. Toutefois, avec les nouvelles encourageantes concernant les vaccins à venir pour 2021 (selon le magazine scientifique Nature, le Canada aurait déjà commandé le plus grand nombre de doses par habitant parmi les pays du monde), vaudrait-il la peine de sacrifier Noël 2020 pour sauver 2021? Pour littéralement sauver des vies et évider des problèmes de santé majeurs à long terme pour des millers de Québécois? Poser la question, c'est y répondre. 





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.